Gilbert Sinoué, L’enfant de Bruges

Résumé :

Abordant un air mystérieux, l’index posé sur les lèvres, Jan Van Eyck avait chuchoté :  » Petit, il faut savoir se taire, surtout si l’on sait.  » Qui pouvait se douter alors que derrière la recommandation du maître flamand, l’un des plus grands peintres de l’histoire de l’art, se cachait le Grand Secret ? A travers les brumes de Flandre et la luminosité éclatante de la Toscane, un enfant de treize ans va se retrouver confronté à une effroyable conspiration. Un monde occulte, empli de ténèbres qu’il lui faudra affronter avec l’innocence pour toute arme. Pourquoi veut-on sa mort ? Que sait-il qu’il n’aurait jamais dû connaître ? Pour quelle raison des peintres de génie, des apprentis, des orfèvres, des penseurs, des architectes sont-ils la cible de meurtriers invisibles ? Quels sont les liens mystérieux qui les relient entre eux et les poussent insensiblement au bord de l’abîme ? Autant de questions auxquelles l’enfant de Bruges devra s’efforcer de répondre s’il ne veut pas disparaître à son tour dans la nuit.
Mon avis :
Voici un livre plutôt policier qui m’a énormément plu. L’histoire se passe en France, au quinzième siècle, et l’art de la peinture se développe tout juste. Nous suivons alors le fils de Jan Van Eyck, qui va se retrouver maître d’un très grand secret et va se faire poursuivre par ce que j’ai pu appeller « la Mafia des arts ». Jan Van Eyck, c’est un petit garçon adopté par un peintre un peu fou, consacrant toute sa vie à la peinture.
Selon moi, c’est un très bon roman, facile à lire grâce à un auteur contemporain, et en plus de ça très prenant. Le seul point négatif que je pourrais lui attribuer, c’est qu’il faut quand même un certain temps avant que l’histoire ne commence réellement et que de terribles choses arrivent. Autant dire qu’il faut patienter avec de ses retrouver pleinement dans l’action! Mais une fois que l’on est plongé dedans, la seule chose dont on as envie, c’est de connaître la fin. De plus, avec les voyages de Jan Van Eyck à travers une partie du globe, cela offre une belle possibilité de voyager. C’est donc avec un très grand plaisir que j’ai lu ce livre, palpitant et à la fois très touchant.
 Un extrait qui m’a beaucoup touché.
 » – En vérité, j’ai longtemps vécu seul. Longtemps j’ai cru qu’il n’existait pas d’autre sens à ma vie que la mer, la fraternité des marins, l’aventure. Depuis peu, j’ai appris qu’il y avait autre chose. Que le don de soi pouvait être plus enrichissant que toutes les découvertes et qu’une émotion, si intense soit-elle, pouvait devenir plus intense encore dès lors qu’elle était partagée. Tu comprends mieux à présent ?
– Pas vraiment. « 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s