Harry Potter et la chambre des secrets de JK Rowling

harry potter 2

Quatrième de couverture :

Une rentrée fracassante en voiture volante, une étrange malédiction qui s’abat sur les élèves, cette deuxième année à l’école des sorciers ne s’annonce pas de tout repos ! Entre les cours de potion magique, les matches de Quidditch et les combats de mauvais sorts, Harry trouvera-t-il le temps de percer le mystère de la Chambre des Secrets ? Un livre magique pour sorciers confirmés.

Mon avis : 

Harry Potter, le héros de mon enfance.. Quel plaisir de pouvoir découvrir ce tome en version écrite plutôt qu’en film! Je dois avouer que j’étais très heureuse et soulagée d’avoir pu enfin découvrir ce livre, en anglais qui plus est.

Je ne vous raconterai pas l’histoire, car je pense que c’est inutile mais je dois vous dire qu’il s’agit d’un gros coup de coeur inévitable. J’ai littéralement dévoré ce livre et, bien qu’il soit en anglais (anglais très facile!), je l’ai dévoré en quelques jours à peine. A travers les livres d’Harry Potter, j’ai l’impression de revivre ma jeunesse, toutes mes émotions sont prêtes à exploser à n’importe quel moment, et je n’ai pas réussi à le lâcher.

J’ai tellement apprécié revivre ces scènes si mythiques, redécouvrir des personnages attachants et hilarants tels que Gilderoy Lockhart, j’ai éclaté de rire à plusieurs reprises bref.. J’ai vécu cette histoire.

Moi qui étais surtout adepte des films, j’ai eu le plaisir de constater que certaines scènes et dialogues du livre étaient repris très précisément dans les films, à tel point que certains dialogues et répliques sont les mêmes! Pendant ma lecture, je ne pouvais m’empêcher de me visualiser le film dans ma tête, et de revivre chaque moment clé du livre comme si j’y étais.

Au fond, Harry Potter est notre ami à tous. Il est un ami digne de confiance, bienveillant dont l’inconnu ne fait pas peur, et ces qualités font de lui un véritable héro. Mais que serait-il sans son meilleur ami maladroit, Ron, et Hermione, l’indispensable amie raisonnée ?! Ce trio est incroyable car les trois personnages se complètent à la perfection, et s’équilibrent. Chacun a besoin de ses amis pour avancer, résoudre des mystères, et faire preuve d’un courage immense. Le trio est tellement uni qu’il fait preuve d’une force extraordinaire à travers toutes les épreuves qu’il doit traverser. Et même si l’un des membres ne peut pas intervenir directement avec les deux autres, il est toujours là pour aider, même pétrifié.

Harry Potter, c’est une leçon de vie, mais aussi un voyage, une aventure, et surtout un rêve dont on aimerai rester piégé pour toujours!

Publicités

Stupeur et tremblements d’Amélie Nothomb

stupeur et tremblements

Quatrième de couverture :

Au début des années 90, la narratrice est embauchée par Yumimoto, une puissante firme japonaise. Elle va découvrir à ses dépens l’implacable rigueur de l’autorité d’entreprise, en même temps que les codes de conduite, incompréhensibles au profane, qui gouvernent la vie, sociale au pays du Soleil levant. D’erreurs en maladresses et en échecs, commence alors pour elle, comme dans un mauvais rêve, la descente inexorable dans les degrés de la hiérarchie, jusqu’au rang de surveillante des toilettes, celui de l’humiliation dernière.

Mon avis :

Stupeur et Tremblements est un livre qui, à mon plus grand regret, ne m’a fait ni chaud ni froid. Je m’explique : dans ce roman, pas d’introduction au pourquoi du comment ni présentation des personnages. Le lecteur se retrouve directement au coeur de l’entreprise que la narratrice vient d’intégrer.

Au début, le rythme est plutôt rapide; il y a beaucoup de dialogues répétitifs dûs à l’incompétence de la narratrice à faire le travail qui lui est demandé. Nous suivons donc ses allers et retours dans les locaux de l’entreprise où elle tente tant bien que mal de répondre correctement aux ordres que son boss lui donne.

Mais cela n’étant pas satisfaisant du tout (bien au contraire!), la narratrice se fait « remonter les bretelles » par tous ses supérieurs qui la considère comme une moins que rien. Nous ne savons pas vraiment ce que la narratrice pense de tout cela au début du livre. Il faut donc attendre qu’elle soit rétrogradée au poste d’agent de ménage pour qu’elle se retrouve seule, et puisse donc laisser libre court à ses pensées.

Plusieurs fois pendant ma lecture je me suis demandée « Mais est-elle folle? ». La narratrice exprime ses émotions et pensées d’une façon très vague, essayant de comparer ses émotions à toutes les choses qui l’entoure et cela créé un flou total; je ne savais plus par moment si la narratrice se trouvait à son poste de travail ou bien chez elle, tellement ses réactions et actions sont étranges !

Le monde du travail asiatique est représenté sous les formes les plus négatives et monstrueuses, à tel point que l’on se dit à plusieurs fois que la narratrice va démissionner et fuir ce milieu si horrible! Mais non, cela n’a pas l’air de la déranger plus que ça, et on a plus l’impression que cela contribue à sa folie.

Le problème de ce livre est qu’il est très court et se passe dans un seul endroit que l’on a du mal à identifier en raison des délires incessants de la narratrice. Je n’ai pas été emportée dans sa folie, bien au contraire, cela m’a plus ennuyé qu’autre chose. La fin ne m’a ni surprise, ni déçue, mais j’étais plutôt dans un état de déception en refermant le livre.

Je suis plutôt triste de ne pas avoir réussi à apprécier ce livre, car j’ai beaucoup aimé d’autres romans de l’auteur avec des chutes qui m’ont beaucoup plus surprise !

Le Journal de L. de Karine Carville

le journal de L

Quatrième de couverture :

Léanne est une brillante architecte à qui tout semble réussir. Même Martineau, son insupportable collègue, ne peut rivaliser avec elle. Seule ombre au tableau, le poids de ce journal qu’elle emmène partout avec elle pour y noter les moindres détails de son quotidien. Quelle drôle d’idée de confier par écrit tout ce qui se passe dans sa vie si routinière ! Est-ce la cause de ses sautes d’humeur de plus en plus fréquentes ? L’arrivée d’un homme dans son existence ne va-t-elle pas perturber un équilibre déjà fragile ? Pourra-t-elle continuer à tout écrire dans son journal ? Certains secrets pourraient se lire entre les lignes…

Mon avis :

Tout d’abord je tiens à remercier l’auteur ainsi que l’expéditrice de ce livre. Je me retrouve avec un bijou entre les mains.
En effet, j’ai eu un réel coup de foudre pour ce roman qui me marquera encore très longtemps.

Je me suis lancée dans ce roman un peu à l’aveuglette, mais entièrement convaincue par le résumé qui m’a interpelé dès la première lecture. Emportée dès les premières pages dans le quotidien de Léanne, je n’ai pas su deviner comment le roman allait s’agencer. On la suit dans son quotidien d’architecte, les galères au boulot, mais aussi dans le bus où elle observe souvent un bel inconnu.. Tant de mimiques et de situations de la vie courante!

Mais au milieu de sa vie, dans une place spécifique de son sac à main, il y a le journal de Léanne. Elle ne passe pas une journée sans y écrire un petit quelque chose, elle écrit dedans à n’importe quel moment de la journée et l’emporte toujours avec elle. Mais quel est le rôle de ce journal dans la vie de cette jeune femme? Cette question fait tout l’objet du roman.

J’ai trouvé le rapport avec le journal très bien amené au fil des pages; avec cet effet crescendo, je me suis littéralement retrouvée piégée par le livre, un peu comme Léanne avec son journal intime. Plus j’avançais dans l’histoire, plus il était difficile de lâcher ce livre car, passé les 100 premières pages, le rythme s’accélère réellement et le piège se referme autour de nous ..

J’ai cru deviner la fin à plusieurs reprises, mais c’est en la découvrant que je suis tombée de haut. Ce livre m’a fait l’effet d’une claque et me marquera encore très longtemps! L’auteur sait comment manipuler le lecteur, le tenir en haleine, et c’était très plaisant. Jusqu’aux dernières pages, et même dernières lignes, le mystère reste complet! Ce romain est une explosion de surprise et de chocs !

Je vous recommande vivement ce livre qui m’a énormément plu et qui, selon moi, mérite d’être lu !!

The Maze Runner #1, James Dashner

the maze runner t1

Résumé :

Thomas, dont la mémoire a été effacée, se réveille un jour dans un nouveau monde où vivent une cinquantaine d’enfants. Il s’agit d’une ferme située au centre d’un labyrinthe peuplé de monstres d’acier terrifiants. Les ados n’ont aucun souvenir de leur vie passée et ne comprennent pas ce qu’ils font là. Ils n’ont qu’un seul désir, trouver la sortie. Pour ce faire, les « coureurs » parcourent chaque jour le labyrinthe pour en dresser les plans – des plans qui changent sans cesse, puisque les murs se déplacent chaque nuit. Le risque est grand mais, dès son arrivée, Thomas a une impression de déjà-vu, il sait qu’il veut être coureur et résoudre l’énigme du labyrinthe.

Mon avis :

A mon plus grand regret, j’ai commencé ce livre après avoir vu le film, ce que je regrette maintenant que je l’ai terminé! Ce livre est un gros coup de coeur, mais selon moi, il aurait pu être mieux adapté.

Du fait que j’ai lu ce livre en anglais, j’ai eu pas mal de soucis à rentrer dans l’histoire. Les 150 premières pages du début sont assez lentes et j’ai mis pas mal de temps à rentrer complètement dans l’univers. Le vocabulaire employé est très spécifique et peu habituel (je pense au vocabulaire mécanique et spécifique utilisé pour décrire les Griffeurs..) , j’ai donc pris mon temps pour rentrer dans l’histoire.

Cependant, passées les 150 premières pages, j’ai senti que le rythme du livre s’accélérait d’un coup et il m’est vite devenu impossible de lâcher ce livre. C’est bien simple, en une après-midi, je l’ai terminé alors qu’il me restait 200 pages, soit plus de la moitié du livre. J’étais véritablement happée par l’histoire et rien ne pouvait me distraire!

Les aventures de Thomas et des amis du bloc m’ont transporté et je suivais avec haleine leurs parcours dans le labyrinthe. Cependant la fin ne m’a pas du tout surprise étant donnée que j’avais déjà vu le film. J’étais néanmoins très heureuse d’en apprendre beaucoup plus dans le livre sur le pourquoi du comment. J’ai aussi constaté que bien des choses dans ce livre étaient différentes du film et je n’avais pas l’impression de revivre la même histoire que le film. Je vous recommande ce livre même si vous avez vu le film car sachez qu’il est très différent!

Je pense me procurer le tome 2 prochainement en anglais également, car j’aimerai beaucoup le lire avant que le film sorte au cinéma cet automne! D’ailleurs, avez-vous vu la bande annonce ? Je la trouve vraiment extra, ça donne envie d’aller voir le film!

After, saison 2 d’Anna Todd

after saison 2

Chronique saison 1

Quatrième de couverture :

Hardin n’a rien à perdre… sauf elle. Après leur rencontre la vie ne sera plus jamais la même. Après un début tumultueux, la relation de Tessa et Hardin semblait bien partie. Tessa sait qu’Hardin peut être cruel, mais quand les origines de leur relation et son mystérieux passé lui sont révélés, cela lui fait l’effet d’une bombe. Tessa est hors d’elle. Hardin sera toujours… Hardin. Mais est-il vraiment le mec dont Tessa est tombé éperdument amoureuse, en dépit de son caractère colérique, ou est-il un étranger, un menteur depuis le début ? Doit-elle s’en séparer ? Ce n’est pas si facile. Le souvenir de ses bras autour d’elle… de sa peau qui l’électrise… de leurs nuits passionnées, trouble son jugement. Pourtant, Tessa n’est pas sûr qu’elle pourra supporter une autre promesse non tenue. Elle a mis toute sa vie entre parenthèses pour Hardin – l’université, ses amis, sa relation avec sa mère, son petit ami, même son début de carrière. Mais elle a besoin de lui pour avancer. Hardin sait qu’il a fait une erreur, peut-être la plus grande de sa vie, mais il veut se battre pour elle ! Mais peut-il changer ? Va-t-il changer… par amour ?

Mon avis : 

Après avoir dévoré le tome 1 en dépit de nombreux points qui m’exaspéraient dans le roman, je me suis attaquée à ce tome, bien curieuse de découvrir comment les choses allaient s’agencer dans le couple explosif Tessa/Hardin.

J’étais plutôt heureuse de retrouver l’écriture simple et fluide de l’auteur, la rapidité à laquelle se lit le roman .. Mais littéralement parlant, je dois avouer que j’ai détesté la majeure partie de ce roman. Attention, je ne dis pas que ce livre est nul, je dis juste qu’il ne m’a pas plu. Cela ne veut pas dire que c’est un mauvais livre, je ne suis pas le nombril du monde..

Tessa m’est apparue comme encore plus naïve et influençable que dans le premier tome. Alors qu’elle est censée avoir le pouvoir sur les choses dans ce tome(à l’inverse du premier), elle se fait littéralement berner par un Hardin encore plus incompréhensible et obstiné.. Après la chute du premier, je m’attendais à une évolution positive des personnages, mais je n’ai pas réussi à les supporter dans ce tome.

C’est toujours le même petit jeu du « je t’aime, moi non plus » qui revient sans cesse. Je dois avouer que cela m’a beaucoup plu dans le premier tome, mais je m’attendais à des choses plus poussées dans ce tome, et pas cet interminable jeu durant 700 pages.. Je m’énervais littéralement sur les personnages sur lesquels j’avais envie d’hurler. Cependant j’ai apprécié retrouver certains personnages secondaires que j’aime beaucoup (voire plus que les héros), c’était une bonne chose d’en savoir un peu plus sur eux ainsi que sur leur passé.

Alors pourquoi ai-je tout de même terminé ce tome assez rapidement? Cela est entièrement dû au rythme rapide du livre et aux chapitres très courts, ce qui m’a toujours amené à lire un peu plus que prévu, vous savez cette sensation « Bon, allez, encore un chapitre.. oh et encore un .. et un de plus..  » Et puis j’étais tout de même curieuse de savoir si la situation allait s’arranger entre Hardin et Tessa, mais au fond, dès que la situation s’arrange, elle explose de nouveau 20 pages plus loin .. Ce roman ne connaît pas la stabilité et le manque d’action, c’est sûr! J’aurais cependant souhaité y voir de l’action variée.

La fin de ce tome ne m’a pas laissé coite comme celle du premier. J’ai même du mal à savoir si j’ai envie de continuer la saga ou pas .. Ce qui est sûr, c’est que je ne vais pas me précipiter sur le prochain tome !

La malédiction d’Old Haven de Fabrice Colin

la malédiction d'old haven

Quatrième de couverture :

1723, Gotham. Mary Wickford, jeune orpheline à la beauté flamboyante, quitte le couvent et les soeurs qui l’ont recueillie dix-sept ans plus tôt. En route vers l’est, la jeune fille s’arrête dans le vieux village d’Old Haven où règne une atmosphère lourde de secrets. Sans jamais être venue, elle connaît ces paysages de brumes et de ténèbres… C’est ici que fut brûlée vive, jadis, une sorcière du nom de Lisbeth Wickford…

Mon avis :

Connaissant déjà l’auteur avec Bal de Givre à New-York, j’avais très envie de me plonger dans ce roman depuis plus de quatre ans grâce à l’avis de Margaud.

Quitter un couvent après y avoir passé 17 ans, se préparer à vivre une vie calme et sereine pour se retrouver plongée au milieu d’une histoire de sorcières, cela n’a rien de banal! J’ai énormément apprécié que l’auteur prenne énormément de libertés dans ce roman. Les frontières entre imaginaire, fantastique, historique, fantasy et même légèrement steampunk se mélangent, et tout cela a créé un cocktail explosif, bien que surprenant par moments! Certaines choses me paraissaient improbables et je devais relire les chapitres pour être sûre de ne pas imaginer des choses !

Le rythme du roman était très prenant dès le début, j’ai beaucoup aimé le personnage de Mary qui m’est apparue comme très mystérieuse au début du roman, puis qui m’a beaucoup surprise. On trouve également de tout dans ce roman à doses modérées : action, romance, aventure, belles amitiés.. Tout cela m’a littéralement conquis, et je fus très surprise de la fin, qui apparaît tardivement! Le seul bémol que j’ai trouvé à lui reprocher, c’est qu’elle m’a parue bâclée, et donc j’avais encore beaucoup de questions en suspens à la fin du roman!

Je garde un très bon souvenir de ce roman, et notamment de ma rencontre avec l’auteur le mois passé. C’était incroyable -et quelque peu stressant- de rencontrer un auteur pour la première fois! Je ne savais pas trop quoi dire, mais Fabrice Colin est vraiment très relax et au final, j’ai parlé de choses et d’autres avec lui! J’aimerai beaucoup découvrir un autre de ses romans, Blue Jay Way, qu’une amie a lu et adoré!

img012