L’instant présent de Guillaume Musso

l'instant présent

Quatrième de couverture :

Lisa et Arthur n’ont rendez-vous qu’une fois par an.
Il passe sa vie à la chercher… elle passe la sienne à l’attendre.

Lisa rêve de devenir comédienne. Pour payer ses études d’art dramatique, elle travaille dans un bar de Manhattan. Un soir, elle fait la connaissance d’Arthur Costello, un jeune médecin urgentiste. Leur complicité est immédiate. Pour le séduire, Lisa est prête à tout. Dans une ville-labyrinthe qui n’offre aucun répit, elle prend tous les risques. Mais Arthur n’est pas un homme comme les autres. Bientôt, il révèle à Lisa la terrible vérité qui lui interdit de l’aimer :

 » Ce qui m’arrive est inimaginable, et pourtant bien réel…  »

Dans un New York plus imprévisible que jamais, Arthur et Lisa vont lier leur destin pour déjouer les pièges que leur impose le plus impitoyable des ennemis : le temps.

Mon avis :

Dans un temps peu éloigné du notre, Arthur Costello va devoir faire face à un destin tragique, une malédiction qui changera sa vie à jamais.
Je me suis plongée dans ce livre à l’aveuglette car, connaissant Musso, je savais que dès le début je serai captivée et qu’il me serait impossible de lâcher ce livre avant la moitié. J’étais assurée de passer un bon moment! Qui plus est, le fait de tester le livre audio avec ce livre a rendu les choses encore plus magiques..

En vérité, je trouve que la quatrième de couverture illustre mal le contenu du roman! On pourrait penser qu’il s’agit uniquement d’une romance, alors qu’elle n’occupe qu’1/3 du livre, selon moi. En effet, Arthur Costello ne se concentre pas sur l’amour au début de son roman, car il est frappé d’une grande malédiction qui le pousse à ne vivre qu’un jour par an, et donc vivre 24 ans de sa vie en 24 jours seulement. Je ne vous en dit pas plus …

Sujet prometteur et mystérieux, je ne cessais de redouter la fin, car je sais que l’auteur peut nous faire tomber de très haut Je me suis donc laissée porter par l’originalité du roman, des personnages forts en caractère et bienveillants dans le New-York qui va des années 1990 à 2015.. J’étais littéralement captivée par le roman qui m’a fait voyager.

Imaginez alors ma surprise lorsque je suis arrivée à la chute du roman et que je ne l’ai pas comprise! J’étais littéralement sur les fesses, et j’ai dû réécouter la fin 2 fois pour être certaine d’avoir compris la chute magistrale que nous avait prévu Musso!

Comme d’habitude, je dévore les romans de l’auteur et en garde de très bon souvenirs. Le prochain que je lirai de l’auteur, ce sera Central Park!

Publicités

Les filles aux chocolat #3 : Coeur Mandarine de Cathy Cassidy

couv12918500

Quatrième de couverture :

Summer, 12 ans, voit son rêve d’être danseuse devenir réalité : elle est sélectionnée pour les examens d’entrée dans une prestigieuse école de danse ! Mais, pour elle qui a l’habitude d’être la soeur parfaite aux yeux de sa jumelle Skye, la pression monte. Et ni sa grand-mère, aux commandes de la famille pendant que Paddy et sa mère sont en lune de miel, ni sa grande soeur Honey, en pleine crise d’ado, ne se rendent compte que Summer est envahie par le stress. Le seul qui y prête attention, c’est Tommy, un garçon qu’elle déteste.

Mon avis :

Ayant adoré les deux premiers tomes de cette saga, j’ai décidé de me lancer dans celui-ci grâce à sa couverture sucrée et colorée. Je savais d’avance que j’allais passer un bon moment !

A vrai dire je ne pensais pas que j’allais adorer à un point phénoménal! Je me suis tout de suite attachée au personnage de Summer qui a su me toucher dès les premiers chapitres. C’est une jeune fille déterminée et ambitieuse à qui la vie sourit au début. Je me suis quelque peu retrouvée en elle à cause de sa tendance à tout vouloir contrôler.

Le sujet du stress, de l’échéance et de l’anorexie a très bien été traité dans ce livre. Ce n’était ni maladroit ni insensé et exagéré, car l’auteur amène les choses en crescendo, et on constate très bien que les choses vont mal pour Summer, alors qu’elle, ne s’en rend pas compte. J’ai eu envie de crier « Mais non ne fait pas ça! » à plusieurs reprises tant j’étais attachée à elle! D’ailleurs la fin du roman m’a quelque peu surpris !

Au-delà d’un roman jeunesse, je trouve que ce roman donne une vraie leçon sur la vie, et sur la manière d’anticiper les événements qui peuvent bouleverser nos vies. Il ne faut jamais oublier ses priorités, et toujours s’assurer d’avoir quelqu’un auprès de soi.

Les loups de Mercy Falls tome 3 : Fusion de Maggie Stiefvater

couv989875

Chronique du tome 1
Chronique du tome 2 non publiée.

Quatrième de couverture :

Dans « Frisson », Grace et Sam se sont trouvés. Dans « Fièvre », ils se sont battus pour être ensemble. Aujourd’hui, le danger est plus présent que jamais. La chasse au loup a repris et des vies sont menacées. Alors que la mort rôde autour d’eux, Grace et Sam ont de plus en plus de mal à préserver leur amour.

Mon avis :

Après avoir moyennement accroché au premier tome, mais cependant dévoré le second tome, je me devais de terminer cette saga assez rapidement, de plus que mes souvenirs du second tomes étaient très ancrées dans ma mémoire.

Je me suis donc lancée dans ce tome, prête à affronter les terribles événements que l’on voyait déjà venir dans le tome 2. Pour clôturer cette saga, l’auteur se devait de créer une bataille ultime qui tient en haleine jusqu’au bout. J’étais très surprise de ce tome 3 car il est beaucoup plus sombre et inquiétant que les deux premiers. La menace pesant sur nos personnages principaux est inévitable et, pour y faire face, nos personnages devront faire preuve de force et de courage, de plus que les choses deviennent très compliquée pour Grace qui doit d’abord se concentrer la particularité de sa condition.

J’ai adoré retrouver dans ce tome différents points de vue des personnages, selon moi c’est très important dans un roman tel que celui-ci, car pour comprendre la notion de groupe, et notamment de « meute », il est important de connaître différents points de vue des personnages.

La fin ne m’a pas réellement surprise, mais elle m’a énormément plu, car j’ai trouvé qu’elle clôturait merveilleusement bien cette saga, et ce en toute logique. Des personnages aussi travaillés et courageux ont bien le droit à une happy end non ?
Je reste quelque peu triste d’avoir eu à quitter ces personnages auxquels je m’étais fortement attachée ces derniers temps. Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, je suis ravie de constater que l’histoire de Grace et de Sam se finit bien.

Je ne lirai sûrement pas « Sinner » de l’auteur, une histoire se concentrant uniquement sur un des personnages du livre, car je considère que la boucle est bouclée. C’était une chouette saga que je vous recommande si vous aimez l’univers des loups-garous !

Outlander, tome 2 : Le talisman de Diana Gabaldon

Outlander tome 2

Quatrième de couverture :

En raison de gros spoilers dans le résumé, je vous poste le lien direct livraddict ici !
Je vous redirige également vers ma chronique du tome 1 si vous n’avez pas encore lu cette saga !

Mon avis :

Après avoir dévoré le premier tome de cette saga, je vois vous avouer que je me suis littéralement jetée sur ce tome après que ma maman me l’ai offert pour mon anniversaire. Et quel cadeau!

J’ai adoré retrouver dans ce tome-ci tous les personnages auxquels je m’étais attachée.. Bien sûr, il y en a une paire que j’aurais préféré oublier, mais que serait un bon livre sans un bon méchant, après tout ?

J’ai adoré la rétrospective qu’a lieu tout au long du roman. Durant les 150 premières pages, j’étais un peu déroutée car je ne comprenais rien, étant donné que le roman se déroule d’abord dans le futur (événements inconnus au lecteur) puis se recentre sur le passé au moyen d’une rétrospective. C’était très fascinant et plaisant de retourner dans les Highlands auprès de Claire et Jamie Fraser. On en apprend beaucoup plus sur les personnages secondaires dans ce deuxième tome, ce qui permet de s’immiscer totalement dans l’époque du XVIIIe siècle.

Le réalisme des descriptions de Paris est à couper le souffle, et même si selon moi, certaines longueurs étaient pesantes et inutiles, je n’avais aucun mal à m’imaginer dans le Paris du XVIIIe siècle tant l’auteur est réaliste. La romance, bien que déjà plantée dans le roman, n’en reste pas moins palpitante! J’ai adoré suivre Jamie et Claire se disputer, se chamailler et se réconcilier ! Le petit plus, c’est lorsque Claire s’énerve après Jamie et qu’elle lui balance des mots tels que « ordinateur » ou « télécommande » ! Je pouffais de rire à chaque réplique de ce genre!

Malgré tout ces points positifs et qui font de ce livre un coup de cœur, je demeure tout de même sceptique sur la longueur du passage à Paris, soit 1/3 du livre, il faut avouer que c’est très long, et qu’il ne se passe pas toujours grand chose de palpitant. Il faut planter le décor, rencontrer de nouveaux personnages, et cela occupe beaucoup de pages! Les personnages sont également très stratèges, possèdent de véritables personnalités complexes. J’ai trouvé les habitants de Paris difficiles à cerner, et j’ai donc eu du mal à m’attacher à eux.

La fin de ce tome ne laisse en aucun cas supposer ce qu’il va se passer dans le troisième tome. Autant la fin du premier tome annonçait largement la suite, là, je me suis retrouvée face à un gouffre énorme. J’ai bien sûr émis quelques hypothèses quand à la suite, mais une chose est sûre, j’ai hâte de lire le prochain tome !

Bilan lecture | Juin 2015

hello july

Ca y est, le mois de juin est terminé ! Il est l’heure de faire le bilan ! Qu’ai-je lu ? Que suis-je en train de lire, et que vais-je lire ce mois-ci ? Toutes les réponses à ces questions en images!

En juin, j’ai lu :

couv75936581couv29672216couv27209081Outlander tome 2la malédiction d'old havencouv12918500couv989875

En ce moment, je suis en train de lire :

l'instant présent

Pendant le mois de juillet, j’aimerai beaucoup lire :

elle s'appelait sarah the walking dead t10deathless days the walking dead t100les âmes vagabondes the maze runner t1

Le Passeur de Loïs Lowry

couv27209081

Quatrième de couverture :

Le monde dans lequel vit Jonas est bien éloigné du nôtre : une société où la notion d’individu n’existe pas. Plus surprenant encore : ses membres ne ressentent rien. Ni amour ni haine viennent bousculer leur quotidien. Les gens ne meurent pas non plus. Ils sont « élargis ». Tout comme le héros de cette histoire – un garçon de douze ans – le jeune lecteur brûlera de savoir ce qui se cache derrière ce terme si obscur.

Mon avis :

Avant de commencer cette chronique, je dois avouer que je n’aurais pas aussi vite lu ce livre s’il ne m’avait pas été choisi par Amélie dans le cadre du Challenge « Le choix; l’amitié littéraire » et si je n’avais pas vu le film avant. Résumé très court et peu explicite, on se demande dans quoi nous allons être embarqué puisque nous n’avons pas beaucoup de détails.

J’ai tout bonnement dévoré ce livre. Je l’ai commencé un soir vers 22h, et le lendemain, il était terminé dans l’après-midi. je suis très vite rentrée dans l’univers lugubre que nous décrit l’auteur; un monde froid, sans couleurs, sans sentiments ni souvenirs, ni mort. Dans un monde régit par des lois peu communes, nous suivons un jeune garçon âgé de 12 ans, Jonas, qui s’apprête à célébrer la « Cérémonie des Douze Ans », dans lequel il va se voir attribuer son futur métier, et donc ainsi entamer sa formation.

Seulement Jonas ne va pas suivre une formation banale entouré d’autres personnes puisqu’il est engagé pour devenir le futur « Dépositaire de la Mémoire », qui est une sorte de sage, qui possède une connaissance infinie et une culture que les habitants de ce monde ne connaissent pas. Ainsi Jonas va devoir endosser ce rôle très difficile dans lequel le Passeur (actuel dépositaire de la mémoire) va lui transmettre tout son savoir afin qu’il puisse prendre sa place un jour. Et cela ne laissera pas Jonas indemne.

J’ai été littéralement transportée par les émotions et sentiments que pouvait ressentir Jonas. J’avais l’impression moi aussi de ressentir certaines émotions pour la première fois de ma vie, tant tout était merveilleusement bien décrit, et d’une manière très éloignée. En effet l’auteur a fait un gros travail pour rendre le « banal » incroyable, on a l’impression de basculer dans le merveilleux tellement ces choses insignifiantes -pour nous, lecteurs- ne le sont pas pour notre personnage.

Ainsi, vous vous doutez bien qu’après toute la découverte de ces choses, Jonas ne verra plus du tout les choses sous le même angle que ses amis ou parents, qui ignorent tout de sa formation. La réflexion de Jonas est vraiment très belle, on voit que malgré son jeune âge, c’est un enfant très réfléchi et courageux, qui a envie de faire changer les choses.

Je m’excuse d’avance d’avoir surtout étalé l’histoire dans cette chronique, mais je ne pouvais pas parler des sentiments que j’ai ressenti pendant ma lecture sans vous avoir évoqué d’où ils venaient. Le Passeur est un livre incroyable qui m’a fait ressentir beaucoup de choses, m’a fait me sentir bien et mal à la fois. En tout cas, je serai ravie de continuer cette saga le plus rapidement possible !

Je remercie encore Amélie de m’avoir choisi ce livre comme 1er livre pour notre Challenge.

Enclave, tome 1 d’Ann Aguirre

couv29672216

Quatrième de couverture :

La guerre. Les épidémies. En un mot : l’apocalypse. La surface de la terre est devenue inhabitable.
Les rares survivants se sont réfugiés dans le monde d’En-Dessous, à l’abri d’enclaves souterraines reliées par des tunnels. Trèfle a toujours connu la loi de l’enclave. Elle y a toujours obéi sans discuter.

Elle est devenue Chasseuse. Le rêve de sa vie. Avec Del, son coéquipier, elle se voit investie d’une nouvelle mission : protéger l’enclave de la menace constante des Monstres anthropophages qui errent En-Dessous. Mais si Trèfle est docile, elle n’est pas aveugle. Et le courage qu’elle mettait au service de la loi qui régit la vie dans son enclave va l’entraîner à se rebeller. Car au nom de cette loi, les Anciens condamnent des innocents. Après le massacre d’une enclave voisine, Trèfle fait une découverte qui lui glace le sang : les Monstres sont devenus intelligents.

Pourtant, les Anciens ignorent ses avertissements. Pire, pour la faire taire, ils s’en prennent à l’un de ses amis. Trèfle n’y tient plus. Elle prend sa défense. Mais en se dénonçant pour un crime que personne n’a commis, elle est bannie avec Del. Cet exil vaut une condamnation à mort. Malgré cela, Del va lui apprendre que les mensonges des Anciens vont encore plus loin que ce qu’elle croyait, et que l’espoir brille peut-être au bout du tunnel…

Mon avis :

Enclave est un livre que j’ai choisi de lire dans le cadre du challenge Livra’deux pour PAL’addict, et c’est Alison qui m’a choisi ce livre. En effet, elle me disait beaucoup de bien de cette saga, et comme je lui fais confiance, je me suis de suite plongé dans cet univers qu’il me tardait de découvrir !

La première chose qui m’a frappé en entrant dans ce livre, c’est le caractère de Trèfle, jeune chasseuse dans une enclave qui, du jour au lendemain, va devenir une femme et apprendre à chasser pour nourrir les siens. C’est un rôle très important qu’elle endosse, la vie dans les enclaves n’est vraiment pas facile, mais Trèfle va vite découvrir qu’il y a bien pire; des monstres qui envahissent les tunnels entre les enclaves.

Accompagnée de Del, son coéquipier très mystérieux, elle va apprendre à forger son caractère en même temps que ses armes pour devenir une véritable chasseuse mais aussi une guerrière. Trèfle n’a rien d’exceptionnel et c’est ce que j’ai tout de suite apprécié chez elle: dans cette dystopie, pas de héros différents des autres, atypique et supérieur, non. Trèfle est une fille simple, pleine de courage qui évolue dans un monde bien sombre. La rencontre d’un petit garçon (qui a beaucoup de choses à dire) abandonné par l’enclave voisine dans les tunnels va chambouler la vie de Trèfle et des habitants de son enclave.

L’atmosphère du roman est assez pesante, car tout se déroule sous terre, appelé « En Dessous », et le vocabulaire employé tout le long du roman illustre bien la noirceur et l’inquiétude qui plane sans cesse dans cet univers.
Au fond, que sait-on de l’ « Au-Dessus » ? Pas grand chose. On apprend que très peu de personnes vivent encore à la surface, dans des gangs, et que chacun essaie de faire sa loi. Les monstres errants dans les tunnels ne sont pas décrit précisément, et j’aurais aimé avoir beaucoup de précision sur le « Pourquoi les monstres sont-ils intelligents et capable de réfléchir? ». Une chose est sûre, il me reste encore beaucoup à découvrir de cet univers, notamment sur le « Que s’est-il passé pour que tout soit ainsi? », autrement dit, l’élément déclencheur et apocalyptique qui a forcé les gens à vivre sous terre.

Je me plongerai avec grand plaisir dans le tome 2, le plus rapidement possible je l’espère, car cette saga m’intrigue énormément!

Je remercie encore mon amie Alison pour m’avoir fait découvrir ce livre !

Challenge Livra'deux pour PAL'addict