Chi, une vie de chat tomes 2 à 7 de Konami Kanata

Résumé :

Que faire quand on est un mignon petit chaton dans une maison qu’on ne connaît pas ?
Pleurer ? Ne rien faire ? Attendre ?
Non, il y a plus drôle que ça : découvrir le monde !
De l’appareil photo aux oiseaux, des petites filles aux rideaux, des crabe aux doudous…
la vie de chat est pleine de joies et de surprises.
Et avec Chi, elle l’est encore plus !

Mon avis :

Chi, tout le monde commence à connaître ce petit chaton aux aventures pas toujours ordinaires sur la toile. Aujourd’hui je constate que de plus en plus de personnes succombent à cette petit chatte adorable, avec une bouille à croquer.. Les illustrations sont très belles, l’histoire de Chi n’est pas plate, des tomes qui se dévorent .. Que demander de plus? Chi, c’est un véritable coup de coeur.

Cette BD, bourrée de vérités sur les chats ne peut être qu’un plaisir à dévorer. Peu importe le tome, Chi est toujours aussi attendrissante, et nous fait toujours autant rire avec ses petites bêtises. C’est un véritable moment de douceur que l’on passe en compagnie de Chi.

Au fur et à mesure des tomes, Chi va apprendre à connaître sa nouvelle maison, ses nouveaux maîtres et surtout .. elle va explorer le monde extérieur! Et cela est très agréable à suivre car les décors de la BD ne se limitent pas seulement à la maison de Chi. Cela apporte un plus aux dessins, mais surtout à l’histoire! J’ai d’ailleurs beaucoup apprécié l’amitié que lie Chi avec Noiraud. C’est un duo exceptionnel!

Au fur et à mesure de notre lecture des différents tomes, l’intrigue s’éttoffe de plus en plus, et nous laisse perplexe à chaque fin de tome! Heureusement pour moi, je les ai lu (presque) tous à la suite, ce qui ne m’a pas tellement dérangé. Pour conclure, il faut savoir que les petites aventures de cette frimousse se dévorent et que personne ne reste insensible à ce petit chaton. Chi, on a tous envie de l’adopter!

Publicités

Yoko Kamio, Cat Street tome 1&2

Résumé :

Keito ne va plus à l école depuis ses neuf ans. Sa vie d’enfant star a basculé lorsqu’elle a été trahie par sa meilleure amie.
Mais tout redémarre lorsqu’elle entre dans une école très spéciale : « El Liston ». Arrivera-t-elle à retrouver le goût de vivre ?
Avec ses nouveaux amis de l’école « El Liston », Keito reprend tout doucement goût à la vie. Entre temps, Taiyô, ancien camarade de classe de Keito, fait la connaissance de Rei. Passionné par le foot et ambitieux, il demande à Rei de devenir l’entraîneur de son équipe. Ce dernier, réticent au début, finit par accepter avec plaisir. En plus de Rei, le club de foot accueille également Hirano, devenue manager du club afin de se rapprocher de Rei, ce qui ne semble pas faire plaisir à Keito…

 

Mon avis :

Vous l’aurez compris, j’aime beaucoup lire des mangas en ce moment! De voir des dessins, ça me détend. Qui plus est, ce sont des histoires assez courtes, qui se lisent vite! Alors quoi de mieux qu’un Shôjo pour se détendre entre deux grandes lecture?

Dans Cat Street, on découvre la jeune Keito, qui a eu une enfance assez difficile. Star dès son plus jeune âge, elle n’allait plus à l’école, car elle était une star. Mais seulement, le jour où sa « carrière » est réduite à néan, c’est le drame. Comment se refaire des amis, s’intégrer alors que Keito n’avait plus l’habitude d’aller à l’école?

Keito est un personnage qu’on a tout de suite envie de soutenir, de lui donner de la bonne humeur. C’est une adolescente déroutée, qui découvre peu à peu la vie et le fait d’avoir des amis dans ces deux premiers tome. C’est comme si elle redécouvrait tout cela pour la première fois, et la Mangaka nous le montre très bien avec ses dessins.
L’histoire, dans ces deux premiers tomes, se porte bien évidemment sur l’intégration, et l’amitié. Un sujet qui, je pense, restera toujours d’actualité, car ces situations peuvent toucher tout le monde. Keito est une fille forte, qui fait preuve de beaucoup de caractère à certains passage, ce sont donc dans ces moments-là que son passé difficile ressort. Avec les difficultés qu’elle a traversé étant petite, on voit très bien qu’elle s’est forgée une grosse carapace. Elle ne sait même pas ce qu’est l’amour.

J’ai beaucoup aimé avec Keito retracer toute son enfance et découvrir avec elle son nouvel univers. Elle ne reste pas seule bien longtemps, se fait des amis dans cette école pour étudiants « libres ».. Chacun y fait ce qu’il veut, étudie quand ça lui chante! De plus, à travers les dessins, j’ai beaucoup apprécié le fait de voir les émotions de Keito changer et s’améliorer au fin des pages. Il y a vraiment un contraste entre le début, où son visage n’a aucune expression, et le deuxième tome où celle-ci se met à rire, à pleurer.. Toutes les émotions qu’elle ressent, on dirait que c’est la première fois qu’elles l’habitent.

Comme vous pouvez en conclure, j’ai vraiment beaucoup aimé ce Shôjo plein de vie et de fraîcheur, à l’histoire assez originale, quoiqu’assez morne au début. Je lirai la suite avec plaisir!

Kim Dong Hwa, La bicyclette rouge

Résumé :

C’est tout simple : qui se sert d’un vélo au quotidien dans le monde d’aujourd’hui ?
Un facteur bien évidemment !
Vous lirez donc le récit des péripéties d’un facteur à la bicyclette rouge dans un village de Corée.
Il s’en passe des choses, pourvu qu’on se donne la peine de les observer.

Et ce facteur possède ce don, il est capable de recueillir de petits moments de privilège, au jour le jour.
Des personnes, des lieux, des situations, et beaucoup de lien, de chaleur humaine et de construction, voilà le contenu de l’ouvrage, contenu que je vous livre en vrac.
Avec ces petites histoires courtes (30 au total), l’auteur nous offre un témoignage de l’univers de son héros, gentiment, positivement.

 

Mon avis :

Après l’avis de Nana, la bloggeuse de Commedansunlivre, qui en a fait une très bonne chronique, je dois dire que j’ai eu envie de découvrir ce livre, car même si je ne vis pas à la campagne, j’aime beaucoup m’y rendre, quand je m’en vais chez ma famille.

C’est un livre assez court, qui se lit en une heure grand maximum. On y trouve plein de petites histoires de deux pages, qui peuvent nous faire rire, ou nous faire pleurer. Les dessins sont vraiment très beaux, donnent envie de se rendre dans ces petits villages.. On suit ici le facteur, dans ses petites aventures. C’est une personne que tout le monde connaît, que tout le monde apprécie. Même si tous les villageois ne sont pas contents lorsqu’il amène les factures..

Je ne pourrais pas dire que ce petit album est un coup de coeur, mais il m’a vraiment beaucoup plu. Les petites histoires sont comme de la poésie, souvent très jolies.. Et même si tout cela est très court, c’est parfois triste, et croyez-moi que nos yeux deviennent rouges. Car les petites histoires racontées ici peuvent bercer notre quotidien, ou encore nous faire rêver.. J’irai emprunter la suite avec plaisir, j’ai vraiment voyagé avec ce livre.

Ai Yazawa, Nana tomes 1 & 2

Résumé :

La première est rêveuse, rigolote et sensible, mais « cœur d´artichaut », un brin capricieuse et loin d´être indépendante. La seconde est plus mature, déterminée, un peu mystérieuse mais peut être d´une froideur qui glace le dos. Toutes deux s´appellent « Nana », ont un attrait pour l´art et ont vécu en province. Toutes deux vont connaître l´Amour et décider de partir pour Tokyo.

 

Mon  avis :

C’est en voyant beaucoup de monde sur YT se mettre au Mangas que moi aussi j’ai décidé de m’y mettre! Cependant, n’étant pas une grande habituée, j’ai préféré prendre une histoire que je connaissais déjà.

Je conaissais Nana grâce à la série TV qui passait sur la 17, il y a maintenant longtemps. J’étais fan, je ne loupais pas un épisode. Alors me replonger dans ces mangas, c’est un moment de pure nostalgie..

Dans ces deux premiers tomes, j’ai retrouvé tout ce que j’espérais revoir un jour. La folie de ces deux Nana, qui forment un duo d’enfer.. Entre les amourettes et les moments de folie, j’ai vraiment été ravie! J’ai d’ailleurs très envie d’enchaîner avec les autres tomes et lire toute la série! De plus, c’est vraiment très rapide à lire, alors je pense que je vais faire une cure de « Nana » pendant les vacances!

Certes, ce n’est pas un avis très développé, mais sur un manga tel que celui-ci, qui, je pense est assez connu, je ne saurais quoi dire, à part que c’est tout simplement un bon moment de détente, sans aucune prise de tête.

Konami Kanata, Chi, une vie de chat tome 1

 

Résumé :

Que faire quand on est un mignon petit chaton et que d’un coup, on se retrouve tout seul ? Pleurer ? Ne rien faire ? Attendre ? Non, il y a plus drôle que ça : découvrir le monde ! Du jardin public à la maison, des chaussures au vétérinaire, des balles rebondissantes aux plantes d’appartement… la vie de chat est pleine de joies et de surprises. Et avec Chi, elle l’est encore plus ! Miaaaa…

 

Mon avis :

Eh bien eh bien.. Sur un petit manga tout mignon comme celui-ci, je ne garantis vraiment pas une critique super-élaborée .. Mais bon, tentons le coup.

C’est l’histoire de Chi, un tout petit chaton (femelle, je précise) qui se perd dans la rue.. Chi se met alors à réclamer sa maman, à miauler, mais rien n’y fait .. Jusqu’à ce que la gentille famille Yamada, qui en se promenant, tombent sur ce petit chat, et décide de le ramener chez eux, provisoirement. Car dans leur immeuble, les animaux sont interdits..

Commence alors entre Chi et cette famille une véritable amitié, bien que Chi n’oublie pas ses objectifs : rentrer à la maison pour retrouver sa maman! C’est assez marrant, car au début de ce premier tome, on sent Chi obstinée et déterminée, et au fur et à mesure qu’elle apprécie les Yamada, elle oublie peu à peu ses objectifs, et fini par se créer une véritable place dans cette adorable famille.

Chi, c’est aussi du dessin! Et du beau dessin, vraiment mignon! Je dirais même qu’ici le « manga traditionnel a disparu », nous sommes réellement dans du dessin. Et Chi, c’est pour tous les âges! Parce que c’est mignon à souhait, on rigole, on se détend.. Et on en veut toujours plus ! Suivre toutes les bêtises de ce petit chat qui découvre la vie dans ce premier tome, ce fut un véritable moment de tendresse. Je recommande ce livre à tous, c’est vraiment adorable !