The Maze Runner #1, James Dashner

the maze runner t1

Résumé :

Thomas, dont la mémoire a été effacée, se réveille un jour dans un nouveau monde où vivent une cinquantaine d’enfants. Il s’agit d’une ferme située au centre d’un labyrinthe peuplé de monstres d’acier terrifiants. Les ados n’ont aucun souvenir de leur vie passée et ne comprennent pas ce qu’ils font là. Ils n’ont qu’un seul désir, trouver la sortie. Pour ce faire, les « coureurs » parcourent chaque jour le labyrinthe pour en dresser les plans – des plans qui changent sans cesse, puisque les murs se déplacent chaque nuit. Le risque est grand mais, dès son arrivée, Thomas a une impression de déjà-vu, il sait qu’il veut être coureur et résoudre l’énigme du labyrinthe.

Mon avis :

A mon plus grand regret, j’ai commencé ce livre après avoir vu le film, ce que je regrette maintenant que je l’ai terminé! Ce livre est un gros coup de coeur, mais selon moi, il aurait pu être mieux adapté.

Du fait que j’ai lu ce livre en anglais, j’ai eu pas mal de soucis à rentrer dans l’histoire. Les 150 premières pages du début sont assez lentes et j’ai mis pas mal de temps à rentrer complètement dans l’univers. Le vocabulaire employé est très spécifique et peu habituel (je pense au vocabulaire mécanique et spécifique utilisé pour décrire les Griffeurs..) , j’ai donc pris mon temps pour rentrer dans l’histoire.

Cependant, passées les 150 premières pages, j’ai senti que le rythme du livre s’accélérait d’un coup et il m’est vite devenu impossible de lâcher ce livre. C’est bien simple, en une après-midi, je l’ai terminé alors qu’il me restait 200 pages, soit plus de la moitié du livre. J’étais véritablement happée par l’histoire et rien ne pouvait me distraire!

Les aventures de Thomas et des amis du bloc m’ont transporté et je suivais avec haleine leurs parcours dans le labyrinthe. Cependant la fin ne m’a pas du tout surprise étant donnée que j’avais déjà vu le film. J’étais néanmoins très heureuse d’en apprendre beaucoup plus dans le livre sur le pourquoi du comment. J’ai aussi constaté que bien des choses dans ce livre étaient différentes du film et je n’avais pas l’impression de revivre la même histoire que le film. Je vous recommande ce livre même si vous avez vu le film car sachez qu’il est très différent!

Je pense me procurer le tome 2 prochainement en anglais également, car j’aimerai beaucoup le lire avant que le film sorte au cinéma cet automne! D’ailleurs, avez-vous vu la bande annonce ? Je la trouve vraiment extra, ça donne envie d’aller voir le film!

Publicités

Le Passeur de Loïs Lowry

couv27209081

Quatrième de couverture :

Le monde dans lequel vit Jonas est bien éloigné du nôtre : une société où la notion d’individu n’existe pas. Plus surprenant encore : ses membres ne ressentent rien. Ni amour ni haine viennent bousculer leur quotidien. Les gens ne meurent pas non plus. Ils sont « élargis ». Tout comme le héros de cette histoire – un garçon de douze ans – le jeune lecteur brûlera de savoir ce qui se cache derrière ce terme si obscur.

Mon avis :

Avant de commencer cette chronique, je dois avouer que je n’aurais pas aussi vite lu ce livre s’il ne m’avait pas été choisi par Amélie dans le cadre du Challenge « Le choix; l’amitié littéraire » et si je n’avais pas vu le film avant. Résumé très court et peu explicite, on se demande dans quoi nous allons être embarqué puisque nous n’avons pas beaucoup de détails.

J’ai tout bonnement dévoré ce livre. Je l’ai commencé un soir vers 22h, et le lendemain, il était terminé dans l’après-midi. je suis très vite rentrée dans l’univers lugubre que nous décrit l’auteur; un monde froid, sans couleurs, sans sentiments ni souvenirs, ni mort. Dans un monde régit par des lois peu communes, nous suivons un jeune garçon âgé de 12 ans, Jonas, qui s’apprête à célébrer la « Cérémonie des Douze Ans », dans lequel il va se voir attribuer son futur métier, et donc ainsi entamer sa formation.

Seulement Jonas ne va pas suivre une formation banale entouré d’autres personnes puisqu’il est engagé pour devenir le futur « Dépositaire de la Mémoire », qui est une sorte de sage, qui possède une connaissance infinie et une culture que les habitants de ce monde ne connaissent pas. Ainsi Jonas va devoir endosser ce rôle très difficile dans lequel le Passeur (actuel dépositaire de la mémoire) va lui transmettre tout son savoir afin qu’il puisse prendre sa place un jour. Et cela ne laissera pas Jonas indemne.

J’ai été littéralement transportée par les émotions et sentiments que pouvait ressentir Jonas. J’avais l’impression moi aussi de ressentir certaines émotions pour la première fois de ma vie, tant tout était merveilleusement bien décrit, et d’une manière très éloignée. En effet l’auteur a fait un gros travail pour rendre le « banal » incroyable, on a l’impression de basculer dans le merveilleux tellement ces choses insignifiantes -pour nous, lecteurs- ne le sont pas pour notre personnage.

Ainsi, vous vous doutez bien qu’après toute la découverte de ces choses, Jonas ne verra plus du tout les choses sous le même angle que ses amis ou parents, qui ignorent tout de sa formation. La réflexion de Jonas est vraiment très belle, on voit que malgré son jeune âge, c’est un enfant très réfléchi et courageux, qui a envie de faire changer les choses.

Je m’excuse d’avance d’avoir surtout étalé l’histoire dans cette chronique, mais je ne pouvais pas parler des sentiments que j’ai ressenti pendant ma lecture sans vous avoir évoqué d’où ils venaient. Le Passeur est un livre incroyable qui m’a fait ressentir beaucoup de choses, m’a fait me sentir bien et mal à la fois. En tout cas, je serai ravie de continuer cette saga le plus rapidement possible !

Je remercie encore Amélie de m’avoir choisi ce livre comme 1er livre pour notre Challenge.

Enclave, tome 1 d’Ann Aguirre

couv29672216

Quatrième de couverture :

La guerre. Les épidémies. En un mot : l’apocalypse. La surface de la terre est devenue inhabitable.
Les rares survivants se sont réfugiés dans le monde d’En-Dessous, à l’abri d’enclaves souterraines reliées par des tunnels. Trèfle a toujours connu la loi de l’enclave. Elle y a toujours obéi sans discuter.

Elle est devenue Chasseuse. Le rêve de sa vie. Avec Del, son coéquipier, elle se voit investie d’une nouvelle mission : protéger l’enclave de la menace constante des Monstres anthropophages qui errent En-Dessous. Mais si Trèfle est docile, elle n’est pas aveugle. Et le courage qu’elle mettait au service de la loi qui régit la vie dans son enclave va l’entraîner à se rebeller. Car au nom de cette loi, les Anciens condamnent des innocents. Après le massacre d’une enclave voisine, Trèfle fait une découverte qui lui glace le sang : les Monstres sont devenus intelligents.

Pourtant, les Anciens ignorent ses avertissements. Pire, pour la faire taire, ils s’en prennent à l’un de ses amis. Trèfle n’y tient plus. Elle prend sa défense. Mais en se dénonçant pour un crime que personne n’a commis, elle est bannie avec Del. Cet exil vaut une condamnation à mort. Malgré cela, Del va lui apprendre que les mensonges des Anciens vont encore plus loin que ce qu’elle croyait, et que l’espoir brille peut-être au bout du tunnel…

Mon avis :

Enclave est un livre que j’ai choisi de lire dans le cadre du challenge Livra’deux pour PAL’addict, et c’est Alison qui m’a choisi ce livre. En effet, elle me disait beaucoup de bien de cette saga, et comme je lui fais confiance, je me suis de suite plongé dans cet univers qu’il me tardait de découvrir !

La première chose qui m’a frappé en entrant dans ce livre, c’est le caractère de Trèfle, jeune chasseuse dans une enclave qui, du jour au lendemain, va devenir une femme et apprendre à chasser pour nourrir les siens. C’est un rôle très important qu’elle endosse, la vie dans les enclaves n’est vraiment pas facile, mais Trèfle va vite découvrir qu’il y a bien pire; des monstres qui envahissent les tunnels entre les enclaves.

Accompagnée de Del, son coéquipier très mystérieux, elle va apprendre à forger son caractère en même temps que ses armes pour devenir une véritable chasseuse mais aussi une guerrière. Trèfle n’a rien d’exceptionnel et c’est ce que j’ai tout de suite apprécié chez elle: dans cette dystopie, pas de héros différents des autres, atypique et supérieur, non. Trèfle est une fille simple, pleine de courage qui évolue dans un monde bien sombre. La rencontre d’un petit garçon (qui a beaucoup de choses à dire) abandonné par l’enclave voisine dans les tunnels va chambouler la vie de Trèfle et des habitants de son enclave.

L’atmosphère du roman est assez pesante, car tout se déroule sous terre, appelé « En Dessous », et le vocabulaire employé tout le long du roman illustre bien la noirceur et l’inquiétude qui plane sans cesse dans cet univers.
Au fond, que sait-on de l’ « Au-Dessus » ? Pas grand chose. On apprend que très peu de personnes vivent encore à la surface, dans des gangs, et que chacun essaie de faire sa loi. Les monstres errants dans les tunnels ne sont pas décrit précisément, et j’aurais aimé avoir beaucoup de précision sur le « Pourquoi les monstres sont-ils intelligents et capable de réfléchir? ». Une chose est sûre, il me reste encore beaucoup à découvrir de cet univers, notamment sur le « Que s’est-il passé pour que tout soit ainsi? », autrement dit, l’élément déclencheur et apocalyptique qui a forcé les gens à vivre sous terre.

Je me plongerai avec grand plaisir dans le tome 2, le plus rapidement possible je l’espère, car cette saga m’intrigue énormément!

Je remercie encore mon amie Alison pour m’avoir fait découvrir ce livre !

Challenge Livra'deux pour PAL'addict

Eden : les Disparus de Gabrielle Jeantet

1507-0Quatrième de couverture :

–  Et pour notre deuxième dossier bien plus complexe, continue le vieil homme : Amyline Lambert, dix-huit ans. C’est un cas cellulaire tout à fait particulier. Nous n’avions jamais relevé l’existence d’un être comme celui-ci. Nous aimerions la tester et étudier comment son tissu cérébral réagit.
–  Pouvons-nous le faire à distance ? interroge un autre Ancien.
–  Nous pouvons essayer, dans un premier temps? Mais si son dossier cellulaire se révèle exact, nous la fusionnerons.

Suite à la disparition de son petit ami Tom, deux ans plus tôt, Amyline tente de se reconstruire.Lorsque leurs chemins se croiseront à nouveau, au détour d’une ruelle, ce sera pour elle le début d’événements étranges.
Elle découvrira un monde parallèle où règnent la paix et l’harmonie, un monde gouverné par des Immortels dépourvus d’amour et de compassion.
Les Anciens lui offrent la vie éternelle à condition de renoncer à ses souvenirs ainsi qu’à son passé. Sera-t-elle prête à tout sacrifier pour retrouver celui qu’elle aime ?

Mon avis : 

Eden : les disparus est un livre contemporain et de science-fiction qui m’a très gentiment été envoyée par l’auteur, adorable, que je tiens à remercier du fond du coeur.

Ce fut un réel plaisir de découvrir ce roman tout court qui nous plonge dans un univers assez proche mais qui paraît en même temps très éloigné du notre. Ce qui m’a tout de suite interpellé dans ce roman, c’est que l’auteur va droit au but, et ne s’attarde pas sur les description. Tout est décrit très simplement et sans trop de détails, ce qui nous permet à nous, lecteurs, d’imaginer le monde dans lequel évolue Amy. C’est un monde proche du notre dans le sens où la vie y semble très banal, mais le jour où Amy découvre un passage vers le monde d’Eden, on comprend très vite que nous n’avons pas à faire à une histoire si ordinaire que cela.

La question que l’on se pose tout le long du livre est « Mais où vont ces personnes disparues? ». Lorsqu’on y pense dans la vie de tous les jours, lorsqu’on voit des « alertes enlèvement » ou que l’on parle de personnes disparues dans des émissions télévisées, nous pouvons en déduire qu’elles sont mortes ou bien errantes sur notre planète.

La théorie que nous propose l’auteur est fascinante et très bien amenée. Lorsque j’ai terminé le roman, je n’ai pas arrêté de me demander « Mais où a t-elle eu toutes ces idées? », tellement c’est passionnant. Le style d’écriture de l’auteur est très épuré, vif, et assez rapide. Nous n’avons donc pas le temps de nous ennuyer grâce au rythme très rapide du livre. Cela m’a d’ailleurs donné l’impression de voyager dans ce « monde fantastique » avec Amy car l’auteur sait comment retenir notre attention.

En bref, j’ai vraiment beaucoup aimé ce livre qui fut une très belle découverte! Je dosi avouer que je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre avec ce livre, et au final, je n’en ressors pas déçue!

Je vous laisse la page facebook du livre et le lien vers l’ebook en vente sur Amazon si vous souhaitez découvrir cet ouvrage.

« L’amour n’est pas quelque chose de palpable. […]
L’amour peut voir au-delà des apparences et c’est lui qui dicte notre conduite. »

Divergent #2 : Insurgent de Veronica Roth

couv23607236

Quatrième de couverture :

Le monde de Tris a volé en éclats. La guerre a dressé entre elles les factions qui régissent la société, elle a tué ses parents et fait de ses amis des tueurs.
Tris est rongée par le chagrin et la culpabilité.
Mais elle est Divergente. Plus que tout autre, elle doit choisir son camp et se battre pour sauver ce qui peut encore l’être…

Mon avis : 

Divergent, il faut savoir avant tout qu’il s’agit à l’heure actuelle d’une de mes sagas dystopies préférées. A partir de ce moment là, vous savez que je porte un avis positif concernant ce livre.

Quelle joie de retrouver les personnages de Tris et Tobias! A l’approche de la sortie cinéma du film, je me devais de lire le tome 2 avant la sortie. Et quelle ne fut pas ma surprise! J’ai littéralement adoré. Dans ce tome, Tris est plus combattante et divergente que jamais, sa fureur et sa hargne font d’elle un personnage actif et appréciable!

Cependant, je trouve que dans ce tome, Tris se laisse beaucoup submerger par ses émotions et par les cauchemars qu’elle fait pendant la bonne première moitié du livre. Elle reste très marquée de ce qui s’est passé dans le 1 et cela tend à faire d’elle un personnage faible. Ce n’est qu’à partir du moment où elle révèle ses tourments qu’elle se sent mieux!

Le personnage de Tobias, lui aussi, apparaît comme faible, mais cela tout le long du livre. A l’instar d’un homme puissant, fort et autoritaire qui apparaît dans le premier tome, Tobias est ici beaucoup souffrant, voire déprimé. Lui aussi se laisse submerger par ses émotions et cela m’a quelque peu déçu car il n’est plus tout à fait le même que dans le premier.

La fin m’ayant laissée de marbre, je ne peux faire de ce livre qu’un coup de coeur! J’ai d’ailleurs également énormément apprécié le film, et je vous laisse en petit bonus une vidéo « Chronique » sur le film sorti il y a peu !

Le Secret de l’Inventeur #1 : Rébellion d’Andrea Cremer

couv48935071

Quatrième de couverture :

Imaginez un monde où l’Empire britannique aurait écrasé la rébellion qui a donné naissance aux États-Unis d’Amérique… Dans ce XIXe siècle alternatif, Charlotte, seize ans, vit loin de ses parents, descendants des révolutionnaires américains, qui continuent la lutte contre les sous-marins et les machines volantes de Britannia. Entourée d’autres fils et filles de la rébellion, elle habite dans un réseau de grottes souterraines non loin de la ville flottante de New York, où les artisans de la Ruche et les ouvriers de la Grande Fonderie côtoient l’aristocratie des vainqueurs. Un matin, elle croise dans la forêt un garçon amnésique, poursuivi par les machines de l’Empire, et lui sauve la vie. Mais quand elle le ramène dans les Catacombes, où elle attend comme tout le petit groupe d’amis qui l’entoure de rejoindre la lutte quand elle atteindra sa majorité, l’équilibre de son existence est bouleversé : parmi ses compagnons, tous ne sont pas ce qu’ils prétendent être, et l’existence de ce mystérieux garçon fait peser sur la rébellion une terrible menace… Des décharges de métal de l’Empire, infestées de rats d’acier, aux salons opulents de la noblesse, en passant par les méandres labyrinthiques de la Guilde des inventeurs, Charlotte est contrainte de quitter son refuge pour partir explorer le vaste monde !

Mon avis :

J’ai eu envie de me tourner vers l’univers steampunk grâce à ce livre. La couverture m’a interpellée directement quand je l’ai vu, je ne pouvais donc pas me passer de cette lecture !

Rébellion, ce n’est définitivement pas un livre comme les autres. Dès les premières pages, on sent que l’atmosphère est dérangeante à cause de la guerre en plein déroulement. Nous faisons la rencontre de Charlotte, jeune fille engagée dans la « résistance souterraine ». Elle rencontre un jeune homme dans les bois lors d’une courte expédition qui se trouve être amnésique : il ne sait pas qui il est ni ce qu’il fait ici.

C’est donc par le biais de Charlotte qui raconte à ce jeune homme tout ce qui se passe alentour que nous en apprenons un peu plus sur l’histoire et la raison de la guerre. S’en suit plus tard une quête d’identité du jeune homme pour percer son mystère.

Globalement, Rébellion m’a bien plu. L’univers détaché complètement du réel m’a beaucoup plus cependant je me suis retrouvée embêtée à plusieurs reprises dans ce livre à causes des descriptions d’objets et d’armes futuristes très précises. J’ai eu énormément de mal à me représenté ce qui était décrit dans le livre, et cela m’a pénalisée pour la suite de ma lecture.

L’intrigue principale -l’identité du jeune garçon- passe très vite au second plan arrivée à 1/3 du roman. Très vites, beaucoup de péripéties ont lieu ce qui ne permet pas de percer le mystère. De plus, j’ai trouvé que les éléments permettant d’attiser le mystères n’étaient pas très présents. Très vite, le lecteur peut se retrouver perdu.

Alors quelle ne fut pas ma surprise quant à la fin de ce livre! Je ne l’ai pas vu venir du tout, et malgré des détails incompréhensifs présents dans ce roman, j’ai tout de même très envie de découvrir la suite car la fin m’a laissé de marbre, et j’ai très envie de poursuivre!

Et vous? L’avez-vous lu? Si oui, qu’en avez-vous pensé?

L’âge des miracles de Karen Thompson Walker

Résumé :

Une journée d’octobre apparemment comme les autres, l’humanité découvre avec stupeur que la rotation de la Terre a ralenti. Les jours atteignent progressivement 26, 28 puis 30 heures. Tandis que certains voient dans ce changement inexpliqué un signe que la fin est proche et cèdent à la panique, d’autres, au contraire, s’accrochent coûte que coûte à leur routine, comme pour nier l’évidence.
Bientôt, la gravité est modifiée et certaines personnes sont touchées par un syndrome provoquant des malaises à répétition, les oiseaux sont désorientés et s’écrasent, les marées se dérèglent et les baleines s’échouent…
En Californie, Julia est le témoin de ce bouleversement, et de ses conséquences sur la communauté, sa famille, et elle-même. Adolescente à fleur de peau, elle entre dans l’âge ou son corps, son rapport aux autres et sa vision du monde changent : l’âge des miracles.

Mon avis :

Croyez-moi si vous voulez, mais je commence à croire que je deviens accro aux histoires de science-fiction! C’est un tout nouveau genre que j’ai découvert grâce à Hunger Games, mais que j’ai vraiment surkiffé à partir de Divergent et 0.4 ! Alors pour ce livre-ci .. que dire à part que c’est inmanquablement un coup de coeur?

De plus, il faut savoir que j’aime beaucoup tout ce qui touche aux catastrophes naturelles, en rapport avec les astres, la terre, le soleil .. Ca m’intrigue beaucoup! Alors que je lis des fictions là-dessus, je suis plutôt aux anges!

Sachez avant tout que ce roman est écrit à la première personne, c’est donc Julia, cette jeune collégienne qui nous raconte son histoire, son évolution à travers le bouleversement planétaire qu’elle vit. Petite chose, ne vous attendez pas à être énormément surpris dans ce livre. Car en vérité, la 4e de couverture en dévoile beaucoup, mais ce roman vaut vraiment le coup d’oeil!

Un des points les plus notables de ce roman, c’est certainement l’évolution de Julia dans cette Californie apocalyptique. Au début, on découvre une fille réservée, dont on a du mal à cerner la personnalité. Lorsque celle-ci va se retrouver face à cette situation (qu’elle ne va pas affronter seule), Julia va grandir, va évoluer psychologiquement. Cette jeune collégienne de 12 ans, confrontée au pire va grandir intérieurement, gagner en maturité. Et c’est remarquable pour une jeune fille de douze ans qui entre à peine dans l’adolescence! Personnellement, je sais qu’à 12 ans, je n’avais pas cette maturité remarquable!

Au fur et à mesure de notre lecture, on sent un certain ralentissement des évènements. J’ai constaté que dans pas mal de chroniques, cela avait posé problème! Et bien moi je trouve que .. pas du tout! Au contraire, cela coïncide très bien avec le fait que les journées s’allongent! On peut monter jusqu’a 40 heures de soleil non-stop! Imaginez les journées allongées à tel point que l’on dors pendant le jour, on sort pendant la nuit! Personnellement, je trouve que ça a quelque chose de fou!

Et un événement en entraînant un autre, c’est toute l’humanité qui se retrouve perturbée, les animaux, les humains.. Pendant que certains sont persuadés que la norme va se rétablir, d’autres se préparent au pire, effrayés..

L’âge des miracles est donc un livre très intéressant à suivre, de part grâce à l’évolution de Julia, un personnage très intéressant auquel on s’attache vite, mais aussi grâce à l’originalité de l’histoire.. Après notre lecture, on ne peut s’empêcher de se demander : Et si on se retrouvait dans cette situation, que ferions-nous?