Elle s’appelait Sarah de Tatiana de Rosnay

elle s'appelait sarah

Lu dans le cadre du challenge « Le choix; l’amitié littéraire »
Quatrième de couverture :

Paris 2002. Julia Jarmond, journaliste américaine, est chargée de couvrir la commémoration du Vél d’Hiv. Découvrant avec horreur le calvaire de ces familles juives qui furent déportées à Auschwitz, elle s’attache en particulier au destin de Sarah et mène l’enquête jusqu’au bout, au péril de ce qu’elle a de plus cher.

Paris 16 juillet 1942. A l’aube la police française fait irruption dans un appartement du Marais. Paniqué, le petit Michel se cache dans un placard. Pour le protéger, sa grande soeur l’enferme et emporte la clef, en lui promettant de revenir. Mais elle fait partie des quatre mille enfants raflés ce jour-là…

Mon avis : 

Je remercie tout d’abord Amélie, ma binôme pour le challenge « Le choix; l’amitié littéraire » qui m’a choisi ce livre à lire. Sans elle, j’aurai certainement lu le livre beaucoup plus tard.

Dès les premières pages, je me suis laissée porter par l’écriture de l’auteur. Entre deux histoires différentes mais incroyablement proches, le style de l’auteur était très fluide et adapté au style du roman. Tatiana de Rosnay nous plonge dès les premiers chapitres dans l’action; on se retrouve parmi Sarah et sa famille qui s’apprête à tout laisser derrière elle pour rejoindre le vélodrome d’hiver sous ordre de policiers.

Il ne m’a pas fallu 50 pages pour m’attacher à Sarah. Je me suis vraiment attachée à ce personnage, j’ai ressenti de la peur, de la tristesse.. Ce livre est bourré d’émotions qui vivent sous les mots et qui ne demandent qu’à ressortir. En parallèle, en 2002, j’ai trouvé l’intrigue très bien amenée; une jeune américaine qui a pour objectif d’apprendre tout ce qu’elle peut sur la fameuse Rafle ainsi que le Vélodrome d’Hiver alors qu’elle ne connaît pas grand chose à la France, c’est s’intéresser au type de mémoire évoquée dans ce livre.

J’ai aimé suivre les bouleversements évoqués dans la vie de ces femmes, la conquête de la vérité pour l’une, et la recherche de la liberté pour l’autre. Je me suis imaginée beaucoup de choses quand au lien qui unit ces deux femmes. J’ai été agréablement surprise quand aux objectifs et décisions de Julia. C’est une femme déterminée et qui ne lâche rien, peu importe les conséquences!

Plus qu’un roman, ce livre est une invitation au souvenir, une véritable prise de conscience. Il ne peut que toucher son lecteur, car l’auteur a tellement bien mené ses recherches que l’on ressent automatiquement le besoin de continuer sa lecture, et en apprendre toujours plus, même si cela est douloureux. La quête de Sarah est loin d’être facile, au contraire celle-ci s’avère très douloureuse, triste mais elle est unique en son genre et transmet énormément d’émotions au lecteur. J’ai bien évidemment laissé couler une larme à la fin, le souffle court..

Vous l’aurez compris, ce livre est pour moi un coup de coeur. C’est un livre bouleversant, magnifique qui mérite d’être lu. Et je regrette tellement de ne pas l’avoir découvert plus tôt !

Leo Demidov #1, Enfant 44 de Tom Rob Smith

couv29745888

Quatrième de couverture :

Hiver 1953, Moscou. Le corps d’un petit garçon est retrouvé sur une voie ferrée. Agent du MGB, la police d’Etat chargée du contre-espionnage, Léo est un officier particulièrement zélé. Alors que la famille de l’enfant croit à un assassinat, lui reste fidèle à la ligne du parti : le crime n’existe pas dans le parfait État socialiste, il s’agit d’un accident. L’affaire est classée mais le doute s’installe dans l’esprit de Léo. Tombé en disgrâce, soupçonné de trahison, Léo est contraint à l’exil avec sa femme, Raïssa, elle-même convaincue de dissidence. C’est là, dans une petite ville perdue des montagnes de l’Oural, qu’il va faire une troublante découverte : un autre enfant mort dans les mêmes conditions que l' » accident  » de Moscou. Prenant tous les risques, Léo et Raïssa vont se lancer dans une terrible traque, qui fera d’eux des ennemis du peuple…

Mon avis:

Depuis plus d’un an dans ma PAL, je dois avouer que j’ai été ravie de pouvoir enfin entamer cette lecture qui s’est avrérée trépidante et haletante!
Ici nous faisons la découverte d’un Moscou très sombre, où règne la pauvreté, la famine, et où les gens s’entretuent pour quelques graines de blés.. Le fond social, macabre, plonge directement le lecteur dans l’ambiance sordide qui se dégage du livre.

Le côté historique m’a bien plu, j’ai trouvé qu’il ne prenait pas énormément de place et c’est ce que j’ai aimé. J’avais peur que la politique de l’époque joue un rôle trop important mais il s’est avéré que non! Pour parler des personnages, j’ai beaucoup aimé le personnage de Léo: contrairement au peuple Russe, il n’est pas un « petit mouton », il connaît ses principes et les respectes. Quitte à frôler la mort maintes et maintes fois, il n’hésite pas à se mettre en danger, lui, sa famille, et même sa femme pour résoudre une enquête! Son côté perspicace et déterminé peut faire peur, mais dans le contexte, j’ai trouvé cela très justifié.

Pour parler de l’enquête en elle-même, je l’ai trouvée très bien menée jusqu’au bout! La surprise fût très grande et je suis restée sur les fesses en découvrant le meurtrier, c’est un personnage intéressant à découvrir même s’il est vraiment atroce.
J’ai trouvé les aventures de Léo et Raïssa très haletantes et riches en rebondissements. Il n’y a pas un seul moment dans le livre où ils trouvent un peu de tranquillité et de repos, il sont sans cesse en mouvement (à cause de la traque), ce qui ne m’a pas laissé le temps de m’ennuyer.

Le seul petit bémol que je peux trouver à ce livre, ce sont les quelques phrases « chargées » (cinq six lignes) lorsque l’auteur décrit le paysage. On sent bien qu’il n’a pas envie de s’éterniser sur des détails qui n’apportent rien de fondamental à l’histoire, mais que c’est tout de même un passage obligé. Du coup, il y a peu de phrases de description, mais celles ci sont incroyablement longues!

Découvrez la bande-annonce, le film sort au printemps 2015 !

Gayle Forman, Là où j’irai

Résumé :

Adam se glisse dans la salle. Il a 21 ans, c’est une rock star adulée et l’ancien amoureux de Mia…
Trois ans plus tôt, Mia était partie sans un au revoir, sans une explication. Leurs retrouvailles est un choc : les souvenirs, bons et mauvais, ressurgissent, les sentiments encore à vif les submergent, leur amour qu’il pensait indestructible quelques années plus tôt se heurte à la réalité de leur vie présente. De nouveau, Mia est confrontée à un choix : doit-elle revenir en arrière pour donner une chance à son premier amour? Peut-on revivre la même passion si longtemps après, malgré les souffrances endurées? Ils ont une soirée pour décider. Plus forte que les mots, la musique les emporte dans un tourbillon d’émotions. Mais est-ce suffisant pour les réunir de nouveau?

 

Mon avis :

Deuxième coup de coeur de la semaine .. Décidément, je crois bien que je les enchaîne !

Et ce livre, quelle surprise ! Ayant déjà beaucoup aimé le tome 1, je dois avouer que je m’attendais à être déçue, et à trouver ça ennuyant d’avoir le point de vue d’un garçon … Et bien non ! C’est là qu’est la grosse surprise. C’est que Gayle Forman a le don de s’adapter à la plume de ses personnages. Dans le premier tome, nous suivions Mia, nous étions Mia. Et là, nous sommes Adam. Et nous sommes bien à fond dedans. C’est magique, c’est parfait, c’est tellement beau …

Depuis l’accident, Mia et Adam ne se sont pas vus depuis trois ans. Adam est une rock Star, Mia une star du violoncelle. Mais un soir, à New-York, ils sont amenés à se retrouver, lorsque Adam vient assister au concert de son ex-petite amie.. S’en suit alors des retrouvailles au début embarassantes, ce qui semble logique. Cela fait tout de même trois ans qu’ils ne se sont pas vus.

Lorsqu’Adam et Mia se retrouvent, Gayle Forman nous fait très bien ressentir à travers son écriture le malaise qui s’installe entre eux. Adam désir toucher Mia du plus profond de son coeur, mais entre eux règne un fossé que, nous, lecteur, avons bien envie de combler. Et voilà nos deux personnages qui s’en vont se balader dans New-York, endormi.. Et c’est comme si nous aussi nous avions envie de faire une nuit blanche avec eux (malheureusement, mes yeux non!), car c’est comme si le temps s’arrêtait. C’est magnifique, plus rien n’existe autour à part ces deux amoureux, tentant de se souvenir du passé qu’ils ont vécu ensemble..

Selon moi, c’est une deuxième tome bien meilleur que le premier. Ici, plus question d’accident, on apprend à connaître les personnages plus en profondeur, et à constater leur évolution en trois ans. De les quitter fut pour moi quelque chose de très douloureux, car, en tant que fille très émotive, j’ai versé une larme à la fin. Après tout ce que j’avais vécu avec eux, je n’avais pas envie de les laisser partir. Je m’immiscais dans leur histoire, je les jalousais.. Bref, je m’étais vraiment beaucoup attachés à ces personnages qui me font d’ailleurs .. beaucoup penser à moi et mon chéri, car nous sommes tous les deux musiciens.

 

Alexandre Dumas, Le comte de Monte-Cristo tome 1

Résumé :

Au début du règne de Louis XVIII, Edmond Dantès, marin, second du navire Le Pharaon est accusé à tort de bonapartisme et enfermé dans une geôle du château d’If, sur l’île du même nom, au large de Marseille. Après quatorze années, il réussit à s’échapper et s’empare du trésor de l’île de Monte-Cristo, dont l’emplacement lui a été révélé par un compagnon de captivité, l’abbé Faria. Devenu riche et puissant, il entreprend, sous le nom de « comte de Monte-Cristo », de se venger de ceux qui l’ont accusé ou ont bénéficié directement de son incarcération pour s’élever dans la société.

 

Mon avis :

Ce livre .. Je ne saurais par où commencer! Mais vous devez tout d’abord savoir qu’il s’agit pour moi d’un gros GROS coup de coeur! C’est un livre que je n’ai pas pu lâcher, même si l’épaisseur peut en effrayer plus d’un(e)!
Déjà, pour l’écriture, on pourrait presque croire que ce n’est pas un classique. L’écriture de Dumas est vraiment très agréable, facile, et surtout, elle nous donne envie de continuer notre lecture! Moi qui avait peur de cela au début, je suis très surprise aujourd’hui de constater avec quelle facilité j’ai accompli cette lecture.
Côté personnages, j’ai adoré le personnages d’Edmond Dantès. Au début du livre, c’est un jeune marin qui respire la joie de vivre, amoureux .. Il revient à Marseille pour épouser la jolie Mercédès, et entreprend de se marier très vite! Mais que se passe t-il quand Edmond se retrouve au Château d’If ? Il en naît un personnage sombre, assoifé de vengeance, comme le serait un vampire pour le sang. Il vieillit, prend des rides, et cela ne fait qu’accentuer son côté noir, et machiavélique..
Côté histoire, elle est vraiment vraiment géniale! Suivre Edmond dans ses périples et aventures fut un réel bonheur! Et Dumas, à chaque fin de chapitre, nous donne envie de connaître la suite! C’en est perturbant! En tout cas, le deuxième tome s’annonce encore plus noir que le premier! La vengeance d’Edmond ne fait que commencer …

Gayle Forman, Si je reste

Résumé :

Mia a 17 ans. Un petit ami, rock star en herbe. Des parents excentriques. Des copains précieux. Un petit frère craquant. Beaucoup de talent et la vie devant elle. Quand, un jour, tout s’arrête. Tous ses rêves, ses projets, ses amours. Là, dans un fossé, au bord de la route. Un banal accident de voiture. Comme détaché, son esprit contemple son propre corps, brisé. Mia voit tout, entend tout. Transportée à l’hôpital, elle assiste à la ronde de ses proches, aux diagnostics des médecins. Entre rires et larmes, elle revoit sa vie d’avant, imagine sa vie d’après. Sortir du coma, d’accord, mais à quoi bon ? Partir, revenir ? Si je reste.

 

Mon avis :

Si je reste … Bon, je vais essayer de vous parler de ce livre correctement, mais à vrai dire, je ne promet rien .. Je ne sais même pas par ou commencer ! Cette histoire m’a tellement chamboulé ! Retournée, fait pleurer .. Bref, je suis passée du rire aux larmes, de la surprise à la déception .. Bref ! Déjà, à partir du moment ou Mia décrit l’accident qu’elle a vécu avec ses parents, on sait d’office qu’on ne sortira pas indemme de cette lecture .. Je ne veux pas spoiler, mais c’est tellement … poignant. On se met à sa place ne serait-ce que 5 secondes, et on a qu’une envie, aller la sauver. L’histoire est réellement très bien faite .. Mia sort de son corps, se remémore les grands moments de sa vie avec toute sa famille, son amoureux … Et là on se dit « Mais c’est dingue! Elle avait TOUT pour être heureuse! .. La vie peut parfois être injuste » … Et elle l’est. Du moins avec Mia. J’ai pu à de nombreuses reprises m’identifier à elle, notamment dans les relations qu’elle entretient avec ses parents, et son petit copain … Bref, voilà, je ressors de ce livre complètement groggy *_* .. Avec une seule envie .. Lire la suite !

Alice Sebold, La nostalgie de l’Ange

Résumé :

Nom de famille : Salmon, saumon comme le poisson ; prénom : Susie. Assassinée à l’âge de quatorze ans, le 6 décembre 1973.  » Mon prof préféré était celui de sciences naturelles, Mr. Botte, qui aimait faire danser les grenouilles et les écrevisses à disséquer dans leur bocal paraffiné, comme pour leur rendre vie. Ce n’est pas Mr. Botte qui m’a tuée, au fait. Et ne vous imaginez pas que tous ceux que vous allez croiser ici sont suspects. C’est bien ça le problème. On n’est jamais sûr de rien… C’est un voisin qui m’a tuée.  » Susie est au Ciel, et pourtant son aventure ne fait que commencer…

 

Mon avis :

Ayant vu le film avant d’entamer ce livre, j’en sors au final déçue. Pas de l’histoire bien entendu, car elle m’a énormément plu. Je la trouve particulièrement originale, et émouvante. Je pense que je suis déçue par ce livre car j’ai vu le film en premier. Je l’aurais sans doute plus apprécié si je ne l’avais pas vu. Enfin bref, au début de ce livre, on a véritable malaise. Oh lala, je vous promet. On se sent mal quand on commence le livre ! Susie nous décrit la manière dont elle a été tuée de A à Z, inutile de vous dire que vous avez un moral bien bas après. On se sent comme immiscée dans sa vie, dans ses souvenirs, et ce n’est pas très facile de s’attacher à ce personnage. A travers ce roman, on a envie de lui dire « Non, ne le suis pas! » ou encore « Ne t’approche pas! », et c’est une des choses qui m’a quand même plu dans ce livre. Ca n’a pas été facile pour moi de rentrer vraiment dans l’histoire, mais cette lecture m’a quand même plu.. Pour résumer .. Je vous conseillerais de d’abord lire le livre avant de voir le film qui est époustouflant.

Guillaume Musso, Parce que je t’aime

Résumé :

Layla, petite fille de cinq ans, disparaît dans un centre commercial de Los Angeles. Ses parents, brisés, finissent par se séparer. Cinq ans plus tard, elle est retrouvée à l’endroit exact où l’on avait perdu sa trace. Elle est vivante mais reste plongée dans un étrange mutisme. A la joie des retrouvailles, succèdent alors les interrogations : où était Layla pendant cette période ? Avec qui ? Et surtout : pourquoi est-elle revenue ? Une histoire d’amour envoûtante, un livre profondément humain qui vous plonge dans le mystère et le suspense, un dénouement que vous n’oublierez pas.

Mon avis :

Et me voilà plongée, sur un coup de tête, dans mon deuxième Guillaume Musso. En ouvrant ce livre, je m’attendais à une histoire hors du commun, qui me tiendrait en haleine tout au long de la lecture et .. Je n’en sors pas déçue. Ce livre répondait à tous mes critères, à toutes mes envie, et je l’ai bien évidemment dévoré, en laissant quelques larmes couler également. Un seul petit bémole cette fois-ci, j’ai deviné la fin et le dénouement à la moitié. J’avais beaucoup de soupçons, et il s’est avéré que le dénouement était tel que je l’avais pensé. Bien sur, cela reste pour moi un énorme coup de coeur. A quand le prochain Musso ?